Home Actualité La cyber-sécurité : Le cheval de Troie bancaire BRATA évolue selon des chercheurs

La cyber-sécurité : Le cheval de Troie bancaire BRATA évolue selon des chercheurs

by Françoise Fontaine
PUBLICITE

La cyber-sécurité : Le cheval de Troie bancaire BRATA évolue selon des chercheurs

by Françoise Fontaine

Une récente alerte de sécurité signale la présence d’un dangereux cheval de Troie appelé BRATA. Ce cheval de Troie est prêt à voler les données bancaires des utilisateurs d’Android et à les suivre dans le but d’obtenir des informations plus sensibles sur les victimes. Selon des recherches récentes, ce logiciel malveillant a évolué pour devenir plus persistants et plus difficiles à trouver.

Selon ce qui a été rapporté par les experts de Cleafy, l’activité du BRATA a maintenant changé en adoptant de nouvelles techniques et classes de phishing pour demander des autorisations supplémentaires sur l’appareil cible. Concrètement, la dernière version de BRATA identifiée se concentre également sur la lecture de SMS pour voler un maximum de données sensibles, et s’est notamment propagée en France, au Royaume-Uni, en Italie et en Espagne.

Lire aussi : Microsoft Office : Des chercheurs découvrent une nouvelle faille Zero Day

Mon appareil sera-t-il victime du cheval de Troie dit BRATA ?

Il n’est pas clair si cette version non publiée du virus est toujours en cours de test ou si le « déploiement » a déjà eu lieu définitivement ; ce qui est clair, c’est que désormais les utilisateurs devront faire encore plus attention aux applications qu’ils téléchargent sur leur téléphone. Cette itération de BRATA, en fait, est plus facile à mettre en œuvre dans les applications et à diffuser sur le marché.

De plus, il est arrivé environ deux mois après la sortie de la version précédente, qui avait vu des nouvelles telles que la réinitialisation automatique du smartphone aux paramètres d’usine afin que le virus puisse automatiquement disparaître après avoir volé toutes les données sensibles enregistrées sur l’appareil.

Lire aussi : Cyber sécurité 2022 : les chevaux de Troie bancaires augmentent considérablement

Comme le rapportent les chercheurs de Cleafy, « les premières campagnes ont eu lieu via de faux antivirus ou d’autres applications courantes, tandis que lors de la dernière, le malware prend la forme d’une attaque contre le client d’une banque spécifique. Cette « menace persistante avancée » semble être le modèle que les pirates utiliseront l’année prochaine, puis passeront à une autre cible après deux mois supplémentaires ».

Laisser un commentaire

Related Posts