Home GamingTop Jeux Voici pourquoi Elden Ring est le meilleur jeu en 2022

Voici pourquoi Elden Ring est le meilleur jeu en 2022

by Wassim
PUBLICITE

Voici pourquoi Elden Ring est le meilleur jeu en 2022

by Wassim

La différence entre Elden Ring et Dark Souls 4 est très apparente. Quiconque prétend le contraire oublie qu’un jeu vidéo ne s’arrête pas à son système, à la base des règles qui dictent les rythmes et le timing des affrontements. En effet, Elden Ring propose principalement une autre chose : une nouvelle relation entre l’environnement et le joueur, un sens de l’aventure qui n’a jamais émergé dans les productions passées d’Hidetaka Miyazaki.

C’est vrai que Dark Souls et les titres plus expérimentaux de l’équipe se sont concentrés sur le mystère et la découverte, mais jamais sur la dimension libre et perturbatrice du voyage, sur l’exploration à grande échelle ; bref, sur les proportions bouleversantes et épiques d’une traversée mythologique. En fait, le monde d’Elden Ring et de son extension est très intéressant non seulement parce que c’est l’élément central du jeu, l’aspect dans lequel le flair créatif de la maison de logiciels est le plus perçu, mais aussi parce que l’Interregnum laissera une marque indélébile sur le secteur Open World, tout comme l’ont fait des chefs-d’œuvre du calibre de Skyrim et Breath of the Wild.

Entre Skyrim et Zelda Breath of the Wild :

On trouve dans les espaces numériques d’Elden Ring de nombreuses similitudes avec les œuvres de Todd Howard et Eiji Aonuma. Par exemple, de la répartition des contenus, de la capacité à combiner l’immensité des espaces avec une densité qui ne vous fait jamais sentir sans stimuli. L’environnement du jeu vous parle constamment, suggérant constamment de nouvelles directions et de nouveaux endroits à parcourir.

C’est un processus hautement calculé, qui utilise différents outils pour s’assurer que le joueur ne se sente jamais abandonné : peut-être un peu désorienté – frappé par le doux vertige de l’inconnu – mais toujours « accompagné » par le designer du jeu, guidé vers une nouvelle découverte possible . Les premiers indices que Senzaluce apprend à appréhender sont visuels : la conformation de l’Interregnum semble conçue pour faire en sorte que les zones principales dominent puissamment dans le champ de vision de l’utilisateur.

elden ring Entre Skyrim et Zelda Breath of the Wild
elden ring Entre Skyrim et Zelda Breath of the Wild

Dans le premier aperçu de Sepolcride, par exemple, on peut voir non seulement l’arbre d’or qui représente probablement la destination finale du voyage, mais aussi l’architecture solennelle du château de Grantempesta, pleine de créneaux et de flèches, exaltation obstinée d’une richesse qui s’est maintenant estompé.

Regardant vers le sud, ce sera cependant la tour principale de Castel Morne qui se détachera sur le ciel immobile plein de présages : un manoir essentiel et sec, qui rejette le faste et l’ostentation. C’est ainsi que l’environnement d’Elden Ring commence à parler au joueur, en lui disant  quelque chose de plus sur les lignées et les seigneurs qui dominaient ces espaces, mais aussi en suggérant constamment des lieux d’intérêt : le grand pont fendu qu’il relie le château à une tour astronomique, l’académie magique qui s’élève au centre du lac brumeux de Liurnia, le bourgeon gangrené s’est ouvert au milieu d’un marécage sombre.

La carte du jeu :

la carte de Elden ring
la carte de Elden ring

Un autre outil avec lequel le jeu communique avec Senzaluce est la carte, un élément complètement nouveau qui joue un rôle fondamental. Découvrir les fragments, abandonnés devant de grandes bornes milliaires, est essentiel pour pouvoir s’orienter : transformés en cartographes en herbe on peut identifier l’entrée des mines du royaume, les ruines d’anciens villages qui cachent on ne sait quel trésor, et encore les prisons ancestrales où affrontent des créatures condamnées à l’exil éternel, ou des églises en ruines où l’on peut améliorer les ampoules (qui ont la même fonction que les flacons d’Estus).

Ça ne s’arrête pas là, car tandis qu’on suit le parcours prévu sur la carte ou qu’on se laisse attirer comme des papillons par la lumière éblouissante de bâtiments titanesques, il est possible de croiser d’étranges statues, des insectes magiques qui traînent un riche butin, des arbres enchantés surveillés par des géants d’arbres ou des cimetières chargés de runes.

Lire aussi :

Quelles sont les premières impressions d’Elden Ring ?

L’exploration de l’Interrègne est toujours impliquée, elle est toujours vive et stimulante, et surtout elle est toujours utile : le joueur se sent récompensé de son courage, encouragé à donner libre cours à sa curiosité, car cette reconnaissance stimulante  toujours fournit de nouveaux outils, sorts, armes et talismans, ou les runes nécessaires pour monter de niveau et surmonter les difficultés rencontrées sur le chemin. L’aspect qui nous touche à propos d’Elden Ring est précisément ce sentiment de participation qui ne s’arrête pas même après soixante-dix heures de jeu.

Elden Ring Ver 2

Elden Ring est l’antithèse parfaite de la « compilation » Open Worlds, de ces titres qui semblent faits uniquement pour consommer le temps du joueur avec des activités tout de même, de longues checklists de missions secondaires toutes identiques les unes aux autres.

Attention, même dans Elden Ring, il y a des situations qui ont tendance à se répéter, pourtant le contenu qu’on pourrait définir itératif est vraiment un partie minoritaire.

S’il est vrai que dans certains cas, au bout de grottes et de cavernes, on tombe sur des boss recyclés ou des versions améliorées d’ennemis communs, il est tout aussi évident que la déception pour cette réutilisation partielle des assets dure le temps d’une bataille : retour dans les territoires majestueux de l’Interrègne, on est à nouveau kidnappé par le charme de FromSoftware, projeté pour découvrir des espaces scéniquement imposants, des panoramas visuellement merveilleux, des ennemis furieux et féroces.

Un monde ouvert différent :

le monde ouvert de Elden Ring
le monde ouvert de Elden Ring

Suivre les indices donnés par un personnage secondaire, ou la piste d’une comète projetée du cosmos, ou encore plonger dans les profondeurs oniriques d’un puits sans fin, entraîne l’obscurité dans des endroits qui vous laissent littéralement sans voix. Ce sont des zones complètement facultatives – car presque tous les contenus du jeu sont facultatifs – mais elles ne peuvent certainement pas être qualifiées de secondaires.

Pour vous faire mieux comprendre, on peut mentionner le château de Cainhurst de Bloodborne, qui mène également à l’une des batailles les plus mémorables et les plus importantes au niveau narratif de toute la production de Miyazaki. Ici, imaginez cette même gestion de contenu, « étalée » pourtant dans un gigantesque Open World, avec une extension des zones secrètes qui est cinq, dix fois supérieure à celle des zones qui viennent d’être évoquées.

Elden Ring fait vraiment quelque chose de jamais vu auparavant dans le genre de référence, peut-être précisément parce qu’il mélange la structure du monde ouvert avec le mystérieux hermétisme – structurel et narratif – qui a toujours caractérisé les produits FromSoftware.

La première fois que vous vous retrouverez dans le sous-sol de l’Interrègne, observant une voûte céleste pleine d’étoiles là où il ne devrait y avoir qu’une paroi rocheuse, il vous sera impossible de ne pas vous sentir merveilleusement dépaysé. On se demande si la cosmogonie d’Elden Ring ne prévoit pas que l’Interrègne est vraiment un lieu « à mi-chemin »: entre la vie et la mort, entre la gloire et l’oubli, mais aussi entre un plan pleinement divin, vers lequel tendent les frondes dorées de la Mère Arbre, et à la place des profondeurs sombres et ombragées où se cachent des êtres imparfaits et des civilisations oubliées.

L’histoire du jeu et ses questions :

L’aspect merveilleux d’Elden Ring est que ses espaces incitent le joueur à se poser des questions : par exemple, quel rôle les étoiles jouent dans le destin des hommes de Sepolcride et Caelid.

Ces étoiles qui semblent conserver un pouvoir magique, le même qui se cristallise ensuite dans les gisements de Scintipietra extraits des mines de Liurnia et utilisés par les grands sorciers de l’Académie de Raya Lucaria (un nom qui fait à nouveau référence à l’idée de lumière scintillante des étoiles).

l'histoire de Elden Ring
l’histoire de Elden Ring

Mais encore une fois, sans forcément déranger les abysses du cosmos et ceux des immenses grottes qui coulent sous terre, il va falloir essayer de comprendre si quelque chose de miteux et de méphistophélique se cache derrière l’écorce dorée de l’Arbre Mère. Projetés dans des fourmilières labyrinthiques qui s’étendent entre ses racines, nous voyagerons à la recherche d’une pourriture atavique engendrée par le péché originel des hommes qui ont défié la divinité.

Bon nombre de ces questions resteront probablement sans réponse. Elden Ring ne s’éloigne pas trop de la nature des anciens titres FromSoftware ; son histoire reste cryptique et fragmentée. Essayer de reconstituer l’histoire du monde à travers les descriptions des objets, les lignes de dialogue, le destin et les actions de certains personnages, sera un effort d’interprétation fécond et intéressant, mais le reste de l’idée que Miyazaki voulait, comme toutes les autres temps, construire une mosaïque imparfaite, faite aussi de vides : un dessin dans lequel des fragments et des morceaux manquent, car c’est le destin de toutes choses, de toutes lignées et de toutes les traditions de se laisser dévorer par le temps et par le faillible récits d’hommes.

Ce jeu est certainement sans pitié :

En effet, dans Elden Ring l’environnement est tout, le rapport à ces espaces majestueux et hautement calculés est en fait la pierre angulaire de l’expérience.

Dans l’alternance entre la démarche plus dirigée des Legacy Dungeons et celle totalement débridée de l’Interregnum, entre autres, une autre nuance du grand dynamisme et de l’impressionnante variété du jeu est redécouverte. Dans ce dialogue constant entre les atmosphères suspendues de l’Open World (parfois imputables à celles féroces et mélancoliques de Shadow of the Colossus) et celles étouffantes des manoirs et des villes, réside une part de l’inépuisable richesse de la production.

elden ring l'esprit de combat sans pitié
elden ring l’esprit de combat sans pitié

Entrer plus en détail quels sont les environnements les plus mémorables d’Elden Ring serait criminel, mais ce qu’on peut vous dire, c’est que le plan de la capitale (et son système d’égouts) est sans l’ombre d’un doute l’un des plus vastes et des plus complexe jamais construit par l’équipe de développement.

Au fond de cette alternance se trouve aussi l’une des raisons pour lesquelles Elden Ring est plus digeste même par ceux qui n’ont jamais abordé la saga Dark Souls. Nous savons depuis plus d’une décennie que la difficulté prononcée et exigeante est l’une des marques de fabrique des produits FromSoftware. Et même dans ce cas, l’équipe ne le nie pas.

Pour pouvoir survivre dans un monde hostile et douloureux, il faut procéder avec prudence, approcher les adversaires avec une extrême attention (et éventuellement un à la fois), mais aussi intérioriser complètement les rythmes de ses mouvements d’attaque et coups ennemis. Elden Ring est un jeu sans pitié, dans le sens où il ne pardonne pas les erreurs et la légèreté. En fait, quiconque cherche un produit désengagé ferait bien de tourner son regard ailleurs. Pourtant, Elden Ring est aussi un jeu à sa manière plus accessible que les anciens Souls, car il ne vous met jamais devant des murs infranchissables. Au contraire il vous laisse la liberté d’abandonner temporairement un boss particulièrement difficile – et partez ailleurs, vers encore dix, vingt destinations. Que vous trouviez un jour un itinéraire alternatif ou l’équipement dont vous avez besoin pour améliorer considérablement votre construction et retourner au bureau avec plus de conviction.

Le système de rôle :

A ce propos, il faut noter qu’un autre des grands changements d’Elden Ring concerne précisément les facettes du système de rôles. Il est clair que l’intention de FromSoftware est de donner aux joueurs plus de liberté dans la construction de leur propre personnage. Cela ne veut pas dire que la profondeur de ce volet a été lissée : le jeu hérite du système de poids et de stabilité, qui régulent respectivement la vitesse des flips évasifs et l’efficacité de la parade, et les dégâts des armes sont calculés avec un système proportionnalité qui ne sera pas immédiatement claire pour tous les acteurs.

le role elden ring
le role elden ring

Autrement, pour avoir une pleine connaissance de tous les systèmes Elden Ring, il faut avoir une expérience des travaux antérieurs de l’équipe, ou accepter d’étudier un peu. En revanche il est vrai qu’il y a beaucoup plus de liberté dans la construction des Sans Lumière : les armes peuvent être associées à des coups spéciaux et des affinités particulières qui les rendent sacrées ou enchantées ; le nombre et les fonctions des talismans sont si élevés qu’il est possible de modifier les caractéristiques d’un système en travaillant soigneusement sur l’équipement.

Alors que l’artisanat vous permet d’utiliser plus fréquemment des objets de tir ou des consommables de toutes sortes, les runes supérieures arrachées à la chair froide des boss peuvent personnaliser davantage le Lightless. Sans compter que les ressources nécessaires au développement d’armes et d’évocations sont données en juste quantité, de manière à favoriser l’expérimentation.

Honnêtement, Elden Ring, sur le plan du jeu, est le titre le plus varié et le plus diversifié de From Software. Il y a vraiment tout à essayer, y compris de vieux héros fantomatiques à rappeler sur le champ de bataille, des War Ashes en quantité, des movesets spécifiques pour ceux qui manient deux armes identiques. Ne soyez pas retenu par la peur de perdre Rune et explorez le système, mettez-le à l’épreuve, testez sa fonctionnalité.

Vous constaterez qu’Elden Ring est un autre petit pas dans la direction d’un gameplay plus abordable, mais pas trivial. Pour un amoureux de longue date des produits FromSoftware, l’idée qu’un public plus large – grâce à la pluralité d’approches garantie par les nouvelles introductions – puisse découvrir la grande profondeur des Souls, devrait être pour le moins grisante. C’est évident que Elden Ring représente l’avenir de FromSoftware.

Lire aussi :

Elden Ring : Ce qu’il faut savoir sur le jeu après avoir regardé la bande-annonce

Les sensations suscitées par l’exploration de l’Interregnum sont si intenses et passionnantes qu’il sera difficile de revenir, du moins pour les titres principaux, à des structures plus classiques et encadrées. Bien sûr, rien n’empêche l’arrivée de produits plus expérimentaux avec des dimensions plus petites; pourtant, dans la nouvelle saison créative de l’équipe d’Elden Ring, le rôle sera le même que dans Dark Souls.

Nous sentons que l’IP ne sera pas abandonnée au profit de la construction d’autres mondes, mais qu’elle accompagnera le cycle de vie de ces consoles en réapparaissant régulièrement. Et il sera curieux alors de comprendre laquelle des différentes fins de jeu l’équipe a décidé de canoniser.

Les problèmes de l’Elden Ring :

Au-delà de la revue, l’équipe japonaise devra encore travailler sur plusieurs fronts. L’abandon du développement intergénérationnel devrait réduire les problèmes d’optimisation, qui se manifestent concrètement sur toutes les machines de jeux. Même les correctifs publiés à l’occasion du lancement n’ont pas été en mesure de résoudre les hoquets qui interfèrent avec la fluidité, même dans l’environnement PC.

Les trébuchements techniques, parmi lesquels il y a aussi une gestion pas franchement géniale du niveau de détail, sont heureusement bien peu devant la magnificence esthétique de l’Interrègne, l’émerveillement puissant de ses panoramas, la perfection méticuleuse de son architecture.

les problemes de Elden ring
les problemes de Elden ring

Il serait temps que les critiques de jeux vidéo commencent à parler d’esthétique plutôt que de technique froide, et dans ce cas Elden Ring aurait beaucoup à apprendre à de nombreux autres produits dans ce domaine et au-delà.

Il y a aussi quelques défauts à résoudre sur le front du jeu. Par exemple, l’incohérence des combats à cheval, à la fois peu stimulants mais exceptionnellement avantageux dans plusieurs cas, notamment dans les combats contre certains boss de l’Open World. Heureusement, dans ce cas aussi, la conception du monde vient à notre rencontre, faisant des longs galops sur le dos de Torrente avant tout un système de déplacement entre les différents points d’intérêt, mais ensuite encourageant, également grâce à la conformation du campements et la présence d’obstacles environnementaux.

Et encore au sujet de l’équilibre il faut dire qu’Elden Ring prend un très gros risque, lié à sa progression totalement libre et sans limite. Laisser de côté les activités secondaires et suivre les traces lumineuses de la Grâce pour affronter les principaux défis de l’Interrègne pourrait en fait représenter une approche qui ne donne pas de mérite au produit.

Lire aussi :

Les nouveaux jeux les plus populaires aux Games Awards

Monter en niveau grâce aux runes acquises dans les zones avancées, augmentant considérablement les statistiques et les résistances des Sans-lumière, rend les quêtes optionnelles dans les premières zones du jeu très peu inspirantes. Le système de jeu punit toujours la négligence, mais retourner à Sepolcride et neutraliser le dragon gardant le lac presque sans effort n’est certainement pas l’expérience la plus excitante imaginable. Après tout, les titres FromSoftware fonctionnent quand ils font trembler les poignets, quand la peur de recevoir une patte mortelle fait monter les battements dans la poitrine et que le sentiment de précarité énervante est fort et omniprésent.

Il faut dire que ce problème, du moins avant de rencontrer le New Game+, est encore très limité. Toute la première partie du jeu, précisément à cause de ce mécanisme de récompenses denses et continues que j’ai décrit précédemment, nous incite à sonder les espaces de jeu avec méthode et attention, aussi parce que les talismans, les armes et les enchantements sont très nécessaires à la survie.

Vers la fin, poussés par la curiosité de savoir ce qui nous attend au terme du voyage, nous pourrions songer à « accélérer » le pas et revenir plus tard – en vue de la bataille décisive ou avant d’entamer un nouveau voyage – pour affronter les menaces et les donjons que nous avons laissés derrière nous. Dans ce cas, nous devrons tenir compte du fait que certaines catacombes et plusieurs boss optionnels seraient un exercice trivial pour les Lightless; mais il est également vrai que dans Elden Ring, le défi complet et palpitant ne manquera jamais. Le défilé mortel de boss mammouths avec lequel se termine l’aventure exténuante et imperméable, est l’une de ces escalades qui ne peuvent pas être oubliées.

Défis titanesques :

Jetés à terre, brisés, brûlés par un feu sacré qui brûle la chair et l’esprit, nous avancerons avec détermination vers la lumière de l’Arbre Mère, au-delà de son écorce et du tapis d’épines qui l’entoure. Un pas après l’autre, un géant après l’autre, jusqu’à ce que vous rencontriez les divinités déchues, dans une épreuve épuisante et en même temps merveilleuse. nous ne savons pas si les derniers défis d’Elden Ring resteront dans la mémoire des joueurs comme la bataille avec l’âme des braises.

Elden Ring Rise, Tarnished

Dans la fournaise de la Première Flamme, les souvenirs et les émotions d’un cycle narratif commencé sept ans plus tôt – troublé et grandiose – brûlaient et il est peut-être impossible d’attendre le même résultat d’une nouvelle mythologie, à son aube. Nous savons cependant avec certitude que certains des adversaires titanesques de l’Interrègne vous feront crier de rage, maudire leur existence, prêts à prendre votre place dans les listes diaboliques des boss les plus impitoyables et pervers créées par Hidetaka Miayazaki.

Laisser un commentaire

Related Posts